06 mars 2007

Révoltant...

Dans la boite aux lettres cette semaine...
Agression homophobe au CGLBT de RENNES
---------------------------------------

Dans la nuit du 3 au 4 mars 2007, vers 3h00 du matin, à l’issue de la soirée célébrant le cinquième anniversaire de l’association, un marteau a été projeté de la rue en direction d’une dizaine d’adhérent-e-s du CGLBT de Rennes qui se trouvaient dans le local de l’association, explosant ainsi la vitrine qui donne sur la rue. Miraculeusement, le marteau n’a atteint personne sur son trajet avant d’atterrir au fond du local et par chance, les débris de verre projetés sur les personnes à proximité de la vitre n’ont pas fait de blessé-e-s. Plusieurs adhérent-e-s sont sorti-e-s du local et ont vu 4 jeunes hommes poursuivre tranquillement leur chemin aux cris de « sales PD, z’êtes moins fiers, hein… » et autres insultes homophobes sans même daigner se retourner.
Cette agression envers les membres du CGLBT de Rennes intervient dans un climat particulier puisque c’est la troisième fois en deux mois que ce local est pris pour cible. Plus inquiétant, il s’agit de la première fois qu’un tel acte est dirigé vers les membres de l’association. Les personnes présentes sont en état de choc et les autres membres de l’association dans une profonde inquiétude.
Cet événement se situe dans un contexte où il est de plus en plus fréquent d’entendre dire et soutenir, y compris de la part de lesbiennes et de gays, qu’aujourd’hui, tout va bien pour les lesbiennes, gays, bi, et trans ; qu’ils vivent dans la sérénité, la paix et l’égalité ! Rappelons que sur le plan national, les derniers mois ont été marqués par actes homophobes et lesbophobes qui n’ont pas la résonance qu’ils devraient avoir et qui bien souvent ne sont pas traités comme des actes discriminatoires.
L’égalité face au mariage et à l’adoption est aujourd’hui un thème largement débattu. Pourtant, on en est loin. Tant que les LGBT seront encore considéré-e-s comme des sous citoyens et sous citoyennes, l’égalité ne pourra exister. Nous sommes toutes et tous concerné-e-s quelque soit notre orientation sexuelle.

Cyrille PERCHEC Co-Président du CGLBT

1 commentaire:

stéphane a dit…

pareil. une sensation de dégout en recevant ça, alors qu'on nous bassine à nous dire qu'on est comme tout le monde, que nos droits avancent, qu'un jour peut être on sera plus des personnes de seconde zone, on reste toujours des pédales & des tarlouzes qui peuvent prendre des marteaux dans la gueule.